Logo — Pôle arts visuels Pays de la Loire

Thierry Merré, directeur de la Galerie-Atelier HASY (Le Pouliguen, Loire-Atlantique)

Document
14 juin 2018

Il y a des courants d’air qui soulèvent les papiers chez Thierry Merré, une porosité à l’environnement, à l’image de l’atelier-galerie qu’il dirige. « Pousser la porte d’une galerie, beaucoup de gens ne l’ont jamais fait : c’est une des choses qui m’animent », explique le quadra aux yeux bleus. Formé à la construction navale puis à la photographie à la Solent University de Southampton, membre de l’agence Melon Rouge à Phnom Penh où il vécu 4 ans, il réalise ses premières expositions dans l’espace public vers 2010 et présente la scène cambodgienne émergente. L’atelier-galerie Hasy, créé en 2012 au Pouliguen, concrétise son désir de « travailler avec et pour des artistes » à côté de son métier de photographe indépendant. « Ouvrir un lieu décentré, c’est militant » dit-il. Associative, la structure joue plus qu’un rôle commercial. Deux ateliers, l’un de sérigraphie, l’autre de tirage photographique, aident à la production tandis que le rez-de-chaussée est conçu comme un espace où expérimenter des accrochages. Tournée vers « le territoire, l’espace, la relation à l’Homme », la galerie s’appuie depuis 2016 sur une dizaine de professionnels régionaux (DRAC, FRAC, Musée des Marais Salants, critique d’art, etc.) pour composer le jury d’une Résidence de Recherche Photographique (Hélène Benzacar en 2016, Samuel Hense en 2018). Celle-ci s’accompagne de la publication d’une édition et d’actions en milieu scolaire et périscolaire – une dimension chère à celui qui enseigne dans la classe préparatoire aux Écoles supérieures d’art du lycée Notre-Dame de Challans. Parallèlement, les œuvres circulent de Suède en Italie – « j’ai des expositions entières dans les tiroirs » révèle celui qui n’hésite pas à les transporter en voiture jusqu’à Malmö – et touchent autant une clientèle de parisiens en villégiature que de collectionneurs du coin. La participation de la galerie à la Quinzaine Photographique Nantaise y contribue en partie. La question de l’économie est centrale pour cette petite structure. Adhérent depuis peu au Pôle arts visuels, membre du collège Marché de l’art, Thierry Merré cherche à diversifier les aides financières, notamment auprès des entreprises privées et à monter des partenariats tant à l’échelle régionale qu’européenne.

Ilan Michel
Thierry Merré, directeur de la Galerie-Atelier HASY (Le Pouliguen, Loire-Atlantique) — Pôle Arts Visuels Pays de la Loire
Thierry Merré © Laure Graveleau

Liens

HASY

Newsletter
Suivez l'actualité du Pôle arts visuels des Pays de la Loire en vous inscrivant à notre newsletter.

Les arts visuels ont connu un développement sans précédent au cours de ces trente dernières années : plus d’expositions, plus d’acteurs, plus de publics en France et ailleurs, faisant émerger un nouveau paysage professionnel et un secteur d’activité foisonnant. En Pays de la Loire, les professionnels des arts visuels sont nombreux, ils représentent des activités d’une grande diversité, mais sont aussi confrontés à de nombreuses problématiques : visibilité, identification de leurs compétences, emploi, économie, reconnaissance des métiers.

En créant un espace de concertation entre les acteurs, le Pôle arts visuels Pays de la Loire propose de mutualiser les expertises et les compétences pour constituer une ressource mise à la disposition de chacun d’entre-nous.