Pôle
arts
visuels
Pays
de la Loire

Partager

Gaëlle Rageot

Directrice du Musée de l'Abbaye Sainte-Croix (Les Sables d'Olonne, Vendée)

14.06.2018

Gaëlle Rageot — Pôle Arts Visuels Pays de la Loire
Gaëlle Rageot-Deshayes, Conservatrice en chef du patrimoine ,Directrice du MASC Musée d'art moderne et contemporain des Sables d'Olonne © Paul Kieffer

Le sourire de Gaëlle Rageot-Deshayes adoucit la rigueur de sa frange. Prolixe, la directrice du Musée de l’Abbaye Sainte-Croix (MASC) doit encore relire le Projet Scientifique et Culturel de l’établissement ce soir, mais donne son temps sans compter pour parler de son métier. Formée à l’université de Rennes, puis à l’École du Louvre et à l’université Paris I, Gaëlle Rageot-Deshayes prend le parti de l’art contemporain dès sa maîtrise consacrée au peintre abstrait Camille Bryen, dont elle dépouille à l’époque les archives. « Un art que l’on peut défendre, un bouillonnement en train de se faire ». Portée par le désir de mener une recherche appliquée aux œuvres d’art, elle travaille au Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Paris, puis est nommée responsable des collections au Musée des Abattoirs de Toulouse à son ouverture, en 2000. « Une merveilleuse expertise accompagnée de véritables échanges de compétences avec mes collègues », se souvient-elle. Le grade de conservateur territorial du patrimoine, obtenu en 2008, lui ouvre le Musée des Sables d’Olonne l’année suivante. « Chef d’orchestre ou couteau-suisse », elle mène de front travail scientifique et direction administrative. « Quand on est polyvalent, on est plus passionné », dit celle qui travaille avec une équipe de 11 personnes. Cela va du commissariat des expositions qu’elle aime assurer à plusieurs, du compagnonnage auprès des artistes, au redéploiement du musée sur tout l’ancien couvent de bénédictines, le développement de la programmation hors-les-murs, en passant par la direction des éditions qui constituent « la moitié de l’exposition ». S’appuyant sur des moyens réduits qui « obligent à être audacieux », elle « prend le pouls de l’histoire de l’art et de la création émergente » et développe des co-productions en région : expositions (Fonds régional d’art contemporain des Pays de la Loire, Musée d’arts de Nantes) et actions culturelles (Le Grand R, scène nationale de La Roche-sur-Yon). Le Pôle arts visuels lui permet de prendre le temps de réfléchir à des solutions communes au sein du collège Collection tout en soutenant son engagement en faveur de l’art moderne et contemporain.

Ilan Michel