Pôle
arts
visuels
Pays
de la Loire

Partager

Adrian Riffo

Régisseur général d’exposition et vidéo, Le lieu unique

27.09.2021

Adrian Riffo — Pôle Arts Visuels Pays de la Loire

Racontez-nous vos missions au Lieu Unique
J’ai une double casquette : Régisseur Général d’exposition et Régisseur vidéo depuis 2 ans et demi. Je m’occupe de la vidéo des spectacles, comme un chef projectionniste, définis les missions puis embauche les intermittents. Pour l’exposition, je suis en contact avec les artistes et m’occupe du montage et de la faisabilité du dispositif scénographique avec le scénographe et le / la commissaire, réception des œuvres, commande des matériaux, planning de montage, accrochage, démontage. Le cimaisage change à chaque exposition. Les demandes de dernier moment font partie de la beauté du projet. Il faut préparer tout ce qui est possible, et savoir qu’une marge n’est jamais gravée dans le marbre.

Quelle différence entre une exposition et un spectacle ?
Les temps de montage des expositions sont d’environ 4 semaines, avec une dizaine de jours d’accrochage, tandis que les spectacles sont montés à J-3 dans l’idéal, parfois le jour même. Le budget d’une exposition correspond à plusieurs spectacles, mais on retrouve des situations similaires, des aléas.

Comment ça se passe avec les artistes ?
Tant que je peux suivre le projet artistique, j’y vais. Avec Richard Mosse en 2019, nous avons monté un grand triptyque de 30 mètres de long sur les réfugiés en Méditerranée. Le son devait être le plus fort possible dans la limite légale : une fois par heure, toutes les fenêtres du bâtiment tremblaient ! Pour UFA, cette année, il a fallu trouver de nouvelles méthodes de travail pour les créations inédites.

Pourriez-vous nous parler des expériences qui ont construit votre parcours ?
À 16 ans, j’ai rencontré Stéfane Perraud qui était aux prémices de l’art multimédia, de l’interactivité. Avec Sonic Process au Centre Pompidou en 2002, j’ai découvert les liens entre musique électronique et projets audiovisuels et participatifs. Parallèlement, j’enregistrais des vinyles avec des labels autoproduits de 2004 à 2008. J’ai assuré la régie du festival EXIT à la Maison des arts de Créteil à partir de 2012, puis la conservation d’art digital. À l’IRCAM, j’ai utilisé un logiciel interactif multimédia durant 3 ans. À Liverpool, j’ai installé les expositions de la Biennale d’art contemporain et celles de la Fondation pour l’Art et les Technologies Créatives (FACT) qui louait des salles à un cinéma pour faire des expositions d’art multimédia gratuites sur un modèle public-privé. Ces formats m’ont appris à installer des dispositifs dans la durée. L’ambiance était moins hiérarchisée qu’en France.

Qu’aimez-vous au sein du collège Production ?
Les échanges m’aident à comparer nos modes de fonctionnement avant de définir des choix avec la direction, penser les partenariats… La typologie d’exposition est aussi une question que je voudrais éclairer pour expliquer chaque type de projet aux équipes avec le juste vocabulaire.

Ilan Michel