Pôle
arts
visuels
Pays
de la Loire

Partager

Eric Hubert

Artiste, Grazay

13.01.2022

Eric Hubert — Pôle Arts Visuels Pays de la Loire
Eric Hubert

Que retenez-vous de votre passage aux Beaux-Arts de Rennes ?
J’ai été amené à regarder, à voir d’une certaine façon, d’une autre façon. Ma voie semblait me conduire vers la sculpture, mais je voulais faire de la peinture ; finalement j’ai une pratique plus globale sans hiérarchie entre les médiums. Depuis peu, la peinture a repris une grande place dans mon activité, sa place peut-être.

Comment avez-vous développé votre activité ?
À la sortie de l’école, la création n’a pas été mon activité principale ; je travaillais à côté. J’ai pratiqué la photographie qui demandait moins d’investissement en continu, suis passé par l’artisanat d’art et la création de mobilier durant 7 ans. C’est l’enseignement au Conservatoire de Laval qui m’a ramené du côté des arts plastiques. Je n’avais aucune expérience : je me suis jeté dans le bain. Les ateliers d’arts plastiques demandaient beaucoup d’investissement, même pour des vacations à mi-temps, mais cela m’a donné envie de revenir à la peinture.

Où peut-on voir votre travail ?
Depuis cette année, je ne donne plus de cours, mais les expositions prennent le relais ! À la Galerie La Ralentie et au Salon d’Automne à Paris, mais surtout à l’atelier Legault d’Ombrée d’Anjou où j’ai présenté une exposition personnelle. Les conditions d’exposition y sont exceptionnelles.

Qu’est-ce qui a changé dans votre pratique ?
Aujourd’hui, mon travail est plus concret, plus affirmé. Toutes mes expériences se réunissent dans la peinture : j’ai réussi à faire se rencontrer les éléments, à trouver le bon équilibre entre des questionnements plastiques et des problématiques techniques pour dépasser le syndrome de l’artisan. J’essaie de créer des conditions spécifiques : je ne démarre pas avec un projet, mais à l’aveugle, à l’horizontal, sans recul. Je me laisse guider par les formes, les couleurs et, après un temps plus ou moins long, je commence à regarder ce qui se passe. Je travaille avec l’inconscient, des choses que je ne choisis pas ou vers lesquelles je ne serais pas allé spontanément.

Comment le Pôle pourrait-il vous accompagner ?
C’est Guillaume Bassompierre (collège Accompagnement) qui m’a justement conseillé d’y adhérer en 2019 car le Pôle me permettrait de trouver ma place dans le milieu artistique, ne plus être à l’extérieur, appartenir à un réseau de pensée, une manière de voir. J’aimerais collaborer avec une galerie pour acquérir une légitimé, accéder à un autre cercle professionnel, tout en prenant mon temps pour ne pas griller les cartouches d’un seul coup.

Ilan Michel

Collèges liés
Création — Pôle Arts Visuels Pays de la Loire Création — Pôle Arts Visuels Pays de la Loire

Collège Création